Conseil municipal du 17 juin 2014

Publié le 5 Novembre 2014

Retour sur le conseil municipal du 17 juin 2014 : Attribution de marchés, vote des tarifs relatifs aux affaires scolaires, et débat au sujet de GrDF et de son projet de télé-relève.

Ce conseil municipal s’est ouvert dans un contexte local particulier : en effet, une action intersyndicale s’est déroulée devant la mairie, afin de marquer la colère des agents de la ville au regard de leurs conditions de travail. Après 1h30 de présence, une entrevue aura finalement lieu entre une délégation syndicale et le maire.

Hormis cet évènement, ce conseil municipal a été l’occasion pour nous de rappeler nos engagements et nos principes d’agir pour nos concitoyens, et de ne pas faire d’obstruction partisane.

Notre vote ne constitue en aucune manière un blanc seing, ni une validation de la politique du maire ; chaque délibération, qui le nécessitait, a fait l’objet de questions, de discussions préalables. A ce titre, la participation financière, en hausse, de la ville au SIVHE (Syndicat Intercommunal des Vallées du Havre-Est)
(+ 36 760 €) a été particulièrement débattue.

La participation financière de la ville est en hausse, alors que les actions du SIVHE, principalement l’activité de la brigade rurale, diminuent (plus de permanence physique à la brigade, seulement 4 agents, …)

Financièrement, les explications tiennent à ce que la Commune de Rogerville a limité sa participation. En ce qui concerne l’activité proprement dite de la brigade, s’il y a eu 6 agents à une époque, il semble que cela n’est plus nécessaire aujourd’hui et que 4 personnes suffisent. « Tous les problèmes ne sont pas jugulés, et ce ne serait pas mieux à 8-10 ou 12 agents » dixit le maire, qui a demandé des patrouilles de la police nationale sur la commune.

L’attribution des marchés de travaux relatifs à la construction de la salle de village a fait l’objet d’une abstention de la part de notre groupe, eu égard aux modalités de sélection des entreprises : lors du choix de celles-ci, le maître d’œuvre du projet n’était pas présent, et n’a donc pu argumenter sur les sociétés qui devaient, ou pas, être retenues. De facto, ce sont toujours les moins-disantes qui ont été choisies. L’absence de regard technique extérieur sur ce point nous a semblé préjudiciable, et a limité l’information nécessaire à un vote éclairé en la matière.

Le point 4.5 concernait l’approbation d’une convention avec GrDF pour l’installation d’un équipement de télé-relève des compteurs. Outre le fait que nous ne disposions pas de ladite convention lors du vote, nous avons émis de sérieux doute sur cette délibération publicitaire qui faisait l’apologie du nouveau système de GrDF (consommation à l’index, diffusion des données), dont le coût d’installation n’était même pas mentionné, et l’avenir des emplois concernés par ce dispositif était éludé.

Un débat s’est instauré, qui a vu plusieurs élus se rallier à notre analyse. Au final, cette question a été retirée de l’ordre du jour, à l’unanimité. Nous sommes bien évidemment satisfaits d’avoir pu, par le dialogue, faire retirer une question aux conséquences préjudiciables pour nos concitoyens.

Questions diverses : nous regrettons le fait qu’il n’y ait aucun compte rendu élaboré à la suite des commissions municipales, ce qui ne facilite pas le suivi des travaux. De même, les délais d’envoi des convocations, sont excessivement courts pour s’organiser.

Nous regrettons également le report le jour même de la réunion de présentation du projet de logement d’Habitat 76, suite à un problème de notification de marchés aux entreprises.

Nous avons évoqué le fait que la Fête des voisins n’avait pas fait l’objet d’une communication uniforme sur l’ensemble du territoire de la Commune.

Rédigé par M.G.

Publié dans #conseils municipaux

Commenter cet article