2016 / Deux ans déjà : bilan de mandat

Publié le 12 Mai 2016

Deux ans après les élections municipales au cours desquelles plus de 40% des citoyens gainnevillais nous ont accordés leur confiance, nous vous proposons de revenir sur le premier tiers de ce mandat, et de tirer un bilan synthétique de cet exercice.

Bien que nous ne soyons que 4 représentants élus, réunis au sein du groupe minoritaire, nous pouvons nous satisfaire de notre participation aux instances communales. En effet, conformément à nos engagements, nous sommes présents, ou représentés, à tous les conseils municipaux, ainsi qu’aux différentes commissions auxquelles nous pouvons être invités, ceci afin de faire entendre votre voix.

En ce qui concerne les conseils municipaux, nous étudions en groupe les diverses questions qui sont soumises à l’approbation de l’assemblée communale. Il est malheureusement fréquent que tous les projets de délibération ne nous soient pas transmis, ce qui ne facilite pas notre travail bien entendu. Lorsque c’est le cas, nous réservons notre vote, et avisons sur place.

De même, nous ne sommes informés de la tenue des conseils municipaux que dans les délais légaux, 3 jours à l’avance, ce qui est peu pour s’organiser, et nous contraint à être réactifs. Aucun planning annuel n’est élaboré, et quelquefois, un conseil municipal est réuni, avec une seule question à l’ordre du jour, dont l’urgence à traiter est la plupart du temps discutable.

Contrairement à ce que la majorité municipale voudrait faire croire, en nous taxant de groupe d’opposition notamment, nous ne pratiquons absolument pas l’opposition systématique, et sommes plutôt enclins à voter de concert toutes les délibérations dont le contenu nous semble juste, et utile aux citoyens de la Commune.

A ce titre, les procès-verbaux des conseils municipaux sont accessibles, publics et communicables à tous les administrés qui en feraient la demande en mairie.

Lorsque nous sommes invités, ce qui n’est pas toujours le cas, nous prenons part aux commissions municipales, au sein desquelles nous restons force de propositions dans le cadre des éventuelles discussions qui peuvent s’instaurer.

Néanmoins, c’est souvent en vain que nous siégeons, l’attitude de l’équipe municipale à notre égard et sa vision de notre groupe étant caricaturales.

En ce sens, outre ses tentatives de nous réduire à un groupe d’opposition, la municipalité se réfugie derrière une lecture stricte, et abusive, des textes en vigueur afin de nous refuser, malgré nos demandes réitérées, la mise à disposition de moyens nous permettant d’œuvrer à votre service et de mener à bien notre mission.

En effet, la population communale étant inférieure à 3500 habitants, la loi ne prévoit aucune obligation en matière d’aide logistique de la part de la collectivité aux groupes minoritaires du conseil municipal. Cependant, ce qui n’est pas imposé par la loi n’est pas pour autant interdit. Il ne relève que de la bonne volonté, ou pas, des élus majoritaires de nous allouer quelques moyens pour travailler.

Dès lors, bien qu’ayant affiché dans son programme le respect de certaines valeurs dont la démocratie, la municipalité en place ne nous octroie aucune aide, aucun accès aux moyens d’expression, pourtant peu nombreux, de la Commune, aucun local pour pouvoir nous réunir ou vous accueillir. Il est facile d’affirmer a priori respecter certains principes et valeurs, mais il est plus difficile de pratiquer.

Ainsi, encore récemment, nous avons sollicité la mise à disposition d’une salle afin d’organiser une réunion de travail, pour laquelle une solution de repli a du être trouvée, aucune réponse ne nous ayant été transmise, ce qui en soi, est parfaitement déplorable.

Il est intéressant de constater par contre, que pour leurs besoins propres, et surtout particuliers, la majorité n’hésite pas à s’attribuer un local pour célébrer des événements privés.

Ainsi, nous ne pouvons compter que sur notre bonne volonté, et notre envie d’agir pour la Commune et ses citoyens, pour avancer, et continuer à porter votre voix.

L’équipe en place se délivre un satisfecit au regard du peu qui a été réalisé. Cependant, cela résiste-t-il à l’analyse des faits :

  • Le Règlement Local de Publicité a enfin été adopté en novembre 2015, alors que le projet a été lancé en 2010 ;

  • De même, la salle de village qui a été ouverte au public le 1er octobre 2015, était en projet déjà en 2010. Ainsi, pendant minimum 5 ans, les Gainnevillais ont été privés de salle des fêtes communale parce que la municipalité préférait mettre de l’argent de côté pour ne pas avoir à emprunter pour pouvoir construire cet équipement ! Le coût des locations aurait certainement permis de prendre en charge le montant des intérêts d’un éventuel emprunt pendant ce temps, tout en permettant aux Gainnevillais d’en profiter dès sa livraison.

  • La nécessaire recherche d’une capacité d’autofinancement équilibrée ne peut être la seule ligne directrice d’une politique municipale. La population a des besoins, dont certains ne peuvent souffrir d’être reportés dans l’attente que l’on ait économisé pour pouvoir les satisfaire. Un emprunt utile et bien négocié sera toujours préférable à la thésaurisation.

  • En parlant d’économies, la majorité municipale a préféré acter la disparition d’un poste d’agent des espaces verts, et de transférer son activité à une société privée, plutôt que de recruter un jeune et de le former au métier. Nous pensons qu’il y a certainement au moins un jeune sur la Commune que ce métier aurait pu intéresser.

  • Cette majorité devait porter une « véritable démarche participative, informer et associer la population » : qu’en est-il de l’information concernant l’élaboration du futur Plan Local d’Urbanisme ? Où en est-on de l’interdiction du transit des poids-lourds sur la RD 6015 ? Quelles sont les informations concernant la future ZAC des Jonquilles ?

  • La commune se targue de requalifier le centre-bourg avec la construction de 25 logements. Ceci n’est pas une requalification, ce n’est qu’un projet isolé, porté par un bailleur social. Qu’en est-il d’un véritable projet de réaménagement du centre-bourg de la Commune ?

  • Pourquoi les associations sont-elles traitées différemment, notamment au regard de la mise à disposition du Grenier à Sel : en effet, pour certaines, cette salle ne peut plus accueillir leurs vide-greniers, pour des raisons de sécurité (nombre de sorties de secours insuffisantes) Par contre, le G. à S. peut accueillir d’autres manifestations, qui comportent au moins autant de public. Etonnant, non ?

  • Pourquoi les travaux des trottoirs le long de la RD 6015 n’ont-ils pas été réalisés sur toute sa longueur, et démarrent et s’arrêtent devant certaines propriétés et pas d’autres ?

  • Pourquoi la traversée piétonne de la RD 6015 (thème de campagne) n’a-t-il pas été amélioré depuis 2 ans ?

  • Dans ses derniers vœux, le maire a évoqué de nombreux « projets », qui en fait ne consistent qu’en travaux d’entretien courant : réfection de voiries (on attend encore d’ailleurs), remplacement de points lumineux, … Où sont les projets d’aménagement d’avenir ? Quelle est sa vision de l’avenir d’ailleurs ?

Ainsi, malgré la difficulté à obtenir des réponses, et à pouvoir effectuer notre tâche d’élus de façon sereine, nous sommes présents, et restons à votre disposition pour vous apporter des réponses, faire remonter vos doléances ou des points dont il vous parait être nécessaire d’être discutés avec la municipalité.

Nous continuerons de maintenir un lien, avec les moyens qui sont les nôtres, afin de vous tenir informés de notre activité pendant ce mandat.

Contact :

Mars - Avril 2016

Rédigé par Dynamiser Gainneville

Publié dans #Démocratie, #conseils municipaux, #Aménagement

Commenter cet article